Quand on arrive en ville

Le titre célèbre de la chanson de Balavoine dans Starmania, vous vient certainement à l’esprit.

La ville s’est vidée ces dernières semaines, se repeuple à pas de fourmis avec des gens masqués ou pas, qui prennent la “distance sociale”…

Le photographe Lucas Boirat glâne ces instants inédits quotidiennement. Voici quelques clichés :

Lucas Boirat – Photographie en confinement.
Lucas Boirat – Photographie en confinement.
Lucas Boirat – Photographie en confinement.
Lucas Boirat – Photographie en confinement.

Et vous quand vous arrivez en ville, que voyez-vous, ressentez-vous…

Un commentaire pour “Quand on arrive en ville

  1. mercredi 29 avril 2020
    Une chronique de Marie Séraphine – Arrivée en ville

    Le carrousel a tiré ses rideaux, on entend haleter les pierres blanches.
    La cathédrale et la place se renvoient la lumière, jeu d’ombres, gris clair, fraîcheur illusoire.
    La ville est immobile. Le silence des cafés désertés en un temps suspendu, les hamacs des jardins de l’orangerie restent vides, figés.
    Le regard ne rencontre qu’un décor minéral, animé uniquement par la lueur verte intermittente de l’enseigne de la pharmacie. Rien, personne, nulle part. Méditation solitaire sur le bord de la fontaine à l’arrêt.

    Soudain, un pas, puis deux, le bruit de petits souliers vernis qui résonnent sur le pavé de la rue piétonne.

    Un fauteuil qu’on sort, une table. Les terrasses ressurgissent, des portes s’ouvrent.
    Début de soirée qui se prolongera tard dans la nuit, repas partagés, conversations joyeuses, relative douceur sous le ciel étoilé, succédant enfin à la touffeur implacable de cette journée de canicule.
    Libellés : Grand bonheur de toujours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut